Update France

Nous parlons parfois de sociétés d’études dans ce blog, mais beaucoup d’entre elles ne pourraient faire leur travail correctement sans les sociétés de terrain.
En effet, quand vous devez faire une étude en face à face, par Internet ou par téléphone, et que celle-ci se déroule en France ou à l’international, il n’est pas forcément facile d’organiser le terrain. Les sociétés de terrain peuvent alors prendre le relais.

Logo UpdateUpdate France est une de ces sociétés de terrain.
Avec plus de 1800 enquêteurs et plus de 250 points d’appels en Europe, Update offre ses services à des sociétés d’études (ou à des clients directs) pour les aider tout au long de la phase terrain.
CATI (computer-assisted telephone interview, enquête par téléphone assistée par ordinateur), CAWI (Computer-Assisted Web Interviewing, enquête par Internet assistée par ordinateur), recrutement de participants et mise à disposition de salles pour des focus groupes,… les services qu’offre Update France à ses clients (dont Ipsos, GFK, BVA, Opinion Way, Repères, etc.) sont nombreux et, pour les avoir testé, de bonne qualité.

Comme ceci n’est qu’un résumé assez court, voici une petite présentation d’Update France pour approfondir ses domaines de compétence et son offre.

Pour compléter cette présentation d’Update France, son Président, Yannick Baduel, a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Yannick BaduelYannick Baduel est président d’Update France

Pouvez-vous vous présenter, votre parcours, ce qui vous a amené à la direction de Update France ?

Après un DESS en direction de projets et une première expérience réussie dans un terrain d’étude en tant que chargé d’études qualitatives, j’ai été embauché par Leyhausen, un terrain d’études Allemand qui souhaitait s’implanter en France et qui recherchait un directeur des opérations.

Ces 5 années passées à développer la société m’ont fait découvrir ce métier de manière plus transverse tant sur les aspects méthodologiques (quali mais aussi quanti) et commerciaux que financier (RH, contrôle de gestion, finance).

Ne pouvant bénéficier pour des raisons internes d’une plus grande latitude dans le développement du projet de l’entreprise, j’ai décidé fin Novembre 2008 de me lancer dans le grand bain non sans l’appréhension d’un contexte économique tendu et la peur de ne pas y arriver.

C’est ainsi que le 21 Janvier 2009 naissait officiellement Update France Terrain d’Etudes.

Pouvez-vous nous expliquer ce que propose Update France, quels sont ses partis-pris, quelle est son offre ?

Les valeurs profondes qui structurent le cœur de notre identité sont: services, pro activité, réactivité.
Ce trio me semble essentiel pour garantir des relations fiables et pérennes avec un institut. La confiance réciproque qui en découle me semble le gage d’un développement durable.

Update France se veut un terrain d’études généraliste (CATI, CAWI, FtF, IDI, FG) à même d’apporter à ses clients une réponse à l’ensemble des problématiques qu’ils peuvent rencontrer dans la mise en œuvre de leur étude que cela soit en France ou à l’international. Nous offrons ainsi la possibilité de conserver un seul interlocuteur tout au long de la phase de recueil des données favorisant une simplification de la gestion des projets pour nos clients. « Un guichet unique. »

Depuis Novembre 2009 nous avons créé le département « Update Santé » afin de répondre plus spécifiquement aux enjeux des études médicales avec des équipes dédiées spécialisées.

Quel est le contexte en ce moment pour les sociétés de terrain des études ? Est-il difficile de survivre à la crise ? Quelles sont vos solutions pour réussir à passer le cap ?

Nous sommes confrontés à un contexte où face à la tension sur les prix la tentation de faire appel à des terrains CATI off-shore s’est renforcée. Pour le quali et le face à face cela s’est traduit par des négociations plus ardues sur les budgets. Sur le long terme cette situation me semble dangereuse car elle fragilise les chevilles ouvrières de nos métiers que sont les enquêteurs. Toute une génération d’enquêteurs arrive à la retraite et le renouvellement des générations, amorcé il y a 4 ou 5 ans, a du mal à se confirmer dans ce contexte.

Comment faire toujours mieux (l’exigence de qualité ne peut selon nous être remise en cause) mais toujours moins cher ?

La différenciation qu’exige un marché tendu peut se faire soit par le prix, soit par le produit.
Dans ce contexte là nous avons fait le choix de la qualité du produit. L’objectif est de proposer dans le même cadre budgétaire la réassurance de la qualité. Notre crédo est donc de faire mieux au même prix quitte à perdre certains projets.

Surcharger les équipes avec des projets à faible marge couvrant difficilement les frais de structure reviens à se saborder par l’implosion (Comment embaucher des équipes supplémentaire pour compenser la charge de travail quand vos finances vous l’interdisent… ?) Tout cela n’a pour conséquence que de favoriser le turn-over, la perte de compétences et donc la qualité donc notre existence sur le long terme.

Il semble que cette approche répond à une demande car si j’ai pu constater que le taux de transformation des budgets en 2009 était à son plus bas depuis que je travaille dans ce métier, 2010 semble amorcer un redécollage significatif de ce point de vue là avec un gain de 8 points au 1° trimestre…

Selon vous, quel avenir pour les études de marché ? Et quel avenir pour le terrain des études ?

Au-delà des produits et marques développées par les instituts, l’avenir des études de marché me semble (illusoirement peut être) passer par une meilleure compréhension d’une part des contraintes du terrain et d’autre part par une meilleur compréhension des objectifs des annonceurs afin de rationaliser la chaine des études.

Établir des réunions tripartites au lancement d’un projet me semblerais favoriser la qualité des réponses attendues.

L’avenir des terrains d’études me semble passer par un renforcement des expertises sectorielles. Mieux connaître un secteur / un type de cibles pour adopter une approche spécifique mieux normalisée, plus rationnelle, plus efficace. Mieux, au même prix, par la normalisation différenciée.

Plus précisément, quel(s) défi(s) attendent Update France ? Quels sont vos envies, les challenges qu’Update a l’ambition de relever ?

Après une très bonne année 2009 (et ce malgré le contexte) notre objectif est de pérenniser notre développement en 2010 tout en gardant une forte croissance. Cela doit nous amener à diversifier nos clients.

Update France est également en train de développer un plateforme progicielle spécifique dédiée au traitement automatisé des « petits fichiers » de moins de 1000 adresses et qui nécessitent lors des campagnes d’appels (recrutement pour du quali ou petite étude quanti) un suivi ad-hoc spécifique.

En effet les outils traditionnels CATI permettent une approche trop systématique quand un traitement strictement manuel (Excel par ex) pose des problèmes d’efficacité, de qualité et d’homogénéité.
Notre outil devrait être finalisé début Septembre.

Update France : 106 avenue Marguerite Renaudin 92140 Clamart (à 8 min. de Paris)
Tél. : 06 87 56 23 62 / 01 83 62 13 64
Site : updatefrance.fr

Pas de commentaire sur “Update France”

  1. […] questionnaire. En effet, si vous sous-traitez votre questionnaire à une boîte de terrain (comme Update, cf. ici), elle vous parlera la plupart du temps en durée de questionnaire et pas forcément en nombre de […]

  2. […] questionnaire. En effet, si vous sous-traitez votre questionnaire à une boîte de terrain (comme Update, cf. ici), elle vous parlera la plupart du temps en durée de questionnaire et pas forcément en nombre de […]

Soumettre

Top